Indigo japonais au Musée Guimet

by Be-Blogger France on: octobre 10th, 2013

tsutsugaki_2

Le Japon a été à l’honneur tout l’été au Musée Guimet, entre autres avec une magnifique exposition du grand maître de l’estampe Hiroshige, un de mes artistes favoris et une présentation des fonds de collection textiles du musée autour des étoffes japonaises Tsutsugaki : des pièces textiles en coton ou en lin avec des dessins d’un raffinement incroyable, réalisées artisanalement.

Tous d’un bleu profond teint naturellement à l’indigo, les tissus présentés servent à la confection de kimonos, mais aussi de futons, de bannières, des uniformes de pompiers…

Le Tsutsugaki est une technique datant du 14e siècle développée par des maîtres japonais (dessinateurs, artisans et teinturiers) , qui permet de dessiner en “réserve” sur le tissu, pour empêcher que la teinture prenne dessus lors du processus de trempage à l’indigo. Une colle à base de pâte de riz est appliquée sur l’étoffe grâce à des tubes en forme de cône pour former des fleurs, des branchages, des animaux ou des figures féminines, autant de motifs symboliques et typiques qui forment la culture visuelle traditionnelle japonaise et qui apparaissent après la teinture. Moi qui suis designer textile de formation, c’est une vraie source d’inspiration! Je passe d’ailleurs beaucoup de temps au Musée des arts asiatiques Guimet qui présente des collections de toute l’Asie: du textile mais aussi des sculptures, de l’art bouddhiste, des estampes, des tableaux du Japon mais aussi de Thaïlande, du Laos et du Vietnam. Très prochainement le musée va accueillir une exposition qui va remonter aux origines du mythe des temples d’Angkor au Cambodge. De quoi voyager et rêver encore depuis Paris!

Magali An B / Ici & Ailleurs 

tsutsugaki_1

tsutsugaki_3

tsutsugaki_4

tsutsugaki_5

 
 

Leave your comment

 Made in Japan (with love & care)

by Be-Blogger France on: mai 9th, 2013

madeinjapan7

madeinjapan3

 

Ci-dessus carte des savoir-faire artisanaux traditionnels au Japon

C’est l’heure de boire son thé matcha!

Il y a quelques temps, je vous parlais de la tendance asiatisante, une Japan-mania dans les vestiaires et sur les cimaises des musées.

Aujourd’hui j’ai envie de m’intéresser à l’art de vivre japonais, entre raffinement et simplicité. On a déjà tous succombé à la gastronomie japonaise: sushis, soba, bento and co!

Il s’agit maintenant de reproduire au quotidien ce mode de vie épuré à la fois design et essentiel. Shopu est entièrement dédié à cet état d’esprit que les Japonais appellent “Mingei”, ce qui signifie “naturel, sincère, sûr, simple”. Bien plus qu’une boutique, c’est un espace qui fait la promotion d’objets à la fois usuels et beaux au design artisanal, réalisés par des créateurs issus des coins les plus reculés du Japon: des artistes ou des maisons artisanales aux savoir-faire ancestraux et aux techniques uniques. Assiette aux motifs traditionnels bleu indigo, bol en porcelaine fine, marmite en fonte, couverts en bois, on trouve tout le nécessaire pour recevoir et cuisiner, mais aussi de ravissantes poupées Kokeishi vintage… On est bien loin du plastique et du tout industriel, et c’est tant mieux! Avec la période assez incertaine dans laquelle nous vivons, on s’intéresse à nouveau à des produits qui vont durer, intemporels et résistants, avec une histoire qui nous fait voyager et la sensation qu’ils ont été réalisés avec soin, dans la plus pure tradition.

Magali An B / Ici & Ailleurs

madeinjapan2

madeinjapan1

madeinjapan5

madeinjapan6

madeinjapan8

madeinjapan4

madeinjapan9

 
 

Leave your comment

 Paul Jacoulet: artiste voyageur

by Be-Blogger France on: mars 28th, 2013

Le printemps étant toujours aussi timide, je continue à essayer de vous emmener en voyage sans (trop) bouger de chez vous. Cette semaine, parlons de la première rétrospective en France de l’œuvre de Paul Jacoulet, au Musée du Quai Branly.

Paul Jacoulet (1896-1960) était le plus Japonais des Français. Arrivé au Japon à l’âge de 3 ans, il y vécut presque toute sa vie et voyagea en Corée, en Chine et en Micronésie. Formé dès son plus jeune âge, il devint un des grands dessinateurs et maîtres de l’estampe du 20e siècle, dans la plus pure tradition de la gravure japonaise.

A la manière d’un artiste-ethnographe, il met en lumière les parures traditionnelles et les détails des tatouages des femmes de Micronésie, les costumes et les coiffes de ses modèles coréens, les kimonos des femmes japonaises. On pense souvent à Gauguin durant la découverte de l’univers floral, indolent et exotique des ses œuvres insulaires. Son art est d’une sensualité tranquille, le trait est fin et délicat et les harmonies colorées sont d’une douceur pastel très inspirante. Une superbe découverte que je vous invite à aller voir, pour être transporté dans un monde poétique et flottant!

L’univers flottant de Paul Jacoulet, Musée du Quai Branly, du 2§ février au 19 mai 2013

Magali An B / Ici & Ailleurs

 

 

 

 
 

Leave your comment

 Un printemps japonisant

by Be-Blogger France on: mars 14th, 2013

L’Extrême Orient a toujours été une source d’inspiration inépuisable pour les artistes, les artisans et les créateurs, entre raffinement et exotisme. Et ce printemps, c’est le Japon qui est à l’honneur!

Eugène Prelle, dessinateur illustre de la prestigieuse maison de soieries lyonnaises Prelle, possédait une grande collection de katagami, ces fameux pochoirs japonais qui servent à créer les motifs des kimonos. Il a puisé dans ces dessins une inspiration pour concevoir des tissages jacquards et des soieries aux influences japonisantes et chinoisantes: colorama pastel et délicat, motifs géométriques, végétation poétique: roseaux, bambous, fleurs de cerisiers, pivoines, et oiseaux exotiques.

On peut donc découvrir toutes ces créations virtuoses avec l’exposition “Japonisme et exotismes dans la soierie lyonnaise 1860-1930” dans les salons parisiens de la Manufacture Prelle, une maison réputée depuis 1752.

(Ci-dessus pièces tissées, archives de la Maison Prelle, et photos de l’exposition dans les salons parisiens)

(Ci-dessus un Katagami, archives de la collection Prelle)

Pour prolonger l’immersion dans le Japon, vous avez jusqu’à la fin de la semaine pour vous rendre aux deux expositions à la Pinacothèque de Paris: “Hiroshige, l’art du voyage” et “Van Gogh, rêves de Japon“. Utagawa Hiroshige (1797-1858) est le grand maître de l’estampe japonaise. Son œuvre a profondément influencé la peinture de Vincent Van Gogh le Néerlandais (1853-1890), dans la composition de ses toiles, les thématiques du paysage et du voyage, le choix des couleurs.

C’est donc à voir jusqu’au 17 mars! 

http://www.dailymotion.com/video/xuqeol

Cent Vues célèbres d’Edo, cycle de l’automne”, 1857 / Hiroshige

La courtisane / Prunier en fleur d’après Hiroshige /Portrait du Père Tanguy / Van Gogh

 

L’esprit japonisant envahit aussi la mode de cet été: la veste kimono imprimée, le satiné rebrodé ou encore les motifs romantiques fleuris seront dans tous les dressings!

Et Benetton n’est pas en reste avec ces ravissantes robes aux emmanchures kimono ou bien structurées par une large ceinture obi, à la japonaise. La marque italienne propose pour sa collection Printemps-Eté 2013 une promenade bucolique et contemplative avec des imprimés comme des estampes fleuries et aquarellées, des ambiances de cerisier en fleur qui parsèment délicatement blouses, tuniques et combishorts en coton et qui donnent de vraies envies de printemps.

Benetton Collection Printemps-Eté 2013

Magali An B / Ici & Ailleurs

 

 
 

Leave your comment

 Des pois à l’infini

by Be-Blogger France on: janvier 11th, 2012

Yayoi Kusama à l’intérieur de l’installation Infinity Mirror Room – Phalli’s Field Castellane Gallery (1965)

Dots Obsession. Infinity mirrored room (1998)

http://www.dailymotion.com/video/xlover

Des pois, encore des pois, toujours des pois. Yayoi Kusama exposait une rétrospective de son travail au Centre Georges Pompidou. C’est une artiste incroyable, qui développe son univers si particulier à la fois en peinture, en sculpture, mais aussi avec des installations et des vidéos. Je l’ai découverte il y a dix ans, à la Maison de la Culture du Japon. Son travail est unique et reconnaissable entre tous.

Artiste japonaise majeure de l’art contemporain, elle a commencé à dessiner et à peindre dans les années 50. Elle part ensuite vivre aux Etats-Unis et s’inscrit dans le pop art et la contestation féministe et hippie. Son travail coloré est à la fois organique et psychédélique. Elle projette son monde intérieur, recouvert de pois, fluorescent et obsessionnel. Tout devient tacheté: toiles, miroirs, ballons, sculptures étranges et tentaculaires. Entre féerie et angoisse existentielle, son œuvre est hypnotique et totale. Elle a aujourd’hui 83 ans et vit au Japon, retirée et soignée dans un hôpital psychiatrique, où elle continue de créer.

Magali / Ici et Ailleurs

 
 

Leave your comment